Rencontre avec Monsieur OCTOR, IA-IPR EVS, du 16/10/2013

L'Adben a parmi ses missions celle de rencontrer les Inspecteurs afin de mieux faire connaître la profession, de présenter les objectifs poursuivis par l'association ainsi que les difficultés rencontrées sur le terrain.

La rencontre avec Monsieur Octor, nouvellement arrivé dans notre académie, répondait à ces objectifs mais était également l'occasion de mettre en place un vrai partenariat avec l'Inspection sur l'organisation des journées académiques et le choix des thématiques, qui étaient assumées jusqu'à présent uniquement par l'Adben.

 

L'idée d'une collaboration plus poussée entre l'Inspection et l'Adben, lancée depuis plus d'un an, avait déjà eu l'avis favorable de Monsieur Clément qui a transmis le dossier à Monsieur Octor. Nos échanges ont été cordiaux et présagent d'une suite constructive. Étaient présentes lors de cette rencontre trois membres du bureau académique. Monsieur Octor nous a reçues afin de découvrir l'association mais aussi pour participer à l'élaboration de la journée académique.

 

Présentation de Monsieur Octor


M. Octor s’est d’abord présenté en détaillant ses précédentes missions. Il a travaillé pour la Mission laïque et a rencontré à cette occasion Clotilde Chauvin, également membre du bureau académique de l'Adben. Il a eu en charge la création de médiathèques dans les établissements de la Mission laïque à l’étranger. Il a été confronté aux problèmes de locaux et d’équipements, à l’absence de professeur documentaliste dans le réseau de la Mission laïque. Il avait donc des missions d’expertise et de formation du personnel local.  Il faut, précise M. Octor, trois ans pour monter une médiathèque : un an d’expertise, un an de formation et un an d’évaluation. Clotilde Chauvin avait en charge la rédaction de rapports des visites des médiathèques. Monsieur Octor connaît donc la documentation et la politique documentaire (voir la plaquette élaborée par Clotilde). Néanmoins, la Mission laïque offrait plus de souplesse que n'en offre l’Éducation nationale, ce qui permettait plus d'innovation.

 

Ses autres missions ont été :

  • la politique des langues dans les établissements de la mission laïque
  • la réalisation d’une plaquette sur l’école du socle dans les écoles entreprises
  • la réalisation d’un référentiel métier pour les chefs d’établissement à l’étranger en tenant compte des spécificités : pas de conseiller principal d'éducation, importance de l’ouverture culturelle et législation différente selon le pays
  • la mise en place d’un séminaire sur les technologies de l'information et de la communication pour l'enseignement et les apprentissages, c'est-à-dire l'élaboration d’un référentiel TICE et apprentissages à partir des pratiques des enseignants, le rôle des TICE dans la construction des savoirs et des compétences. Monsieur Octor aimerait reprendre ce chantier dans l’académie.

 

Présentation de l’Adben


Nous sommes précurseurs dans nos réflexions par le fait de travailler sur des questions d’actualité lors des journées académiques, journées pour lesquelles nous essayons de faire intervenir des personnes de référence sur les différentes thématiques en lien avec l'information-documentation. Les thématiques abordées ces dernières années et la liste des anciens invités - dont Monsieur Octor connaissait certains noms, illustrent bien cette démarche. Les journées académiques sont organisées le plus souvent sous la forme d'une conférence et d'une réunion de l’association le matin, suivies d'ateliers pratiques l’après-midi.

 

Les points forts de l’Adben sont :

  • le groupe de travail sur la politique documentaire lancé en 2005 par Monsieur de Gaudemar, qui a été suivi d’un livre sur la politique documentaire publié par l’ADBS (association des documentalistes et bibliothécaires) en 2007, livre qui s'est bien vendu.
  • Le bureau académique a organisé un Congrès à Marseille, source de fonds pour l'association, et a aidé à organiser le congrès de Nice.
  • Les membres du bureau académique sont souvent impliquées dans la vie de l'académie comme Véronique Augé et Evelyne Montel qui assurent des formations.

 

L’Adben a le souci de maintenir le dialogue avec l’Inspection et de se faire le relais des questions et besoins du terrain, tout en restant force de proposition. Certains chantiers ont d'ors et déjà été engagés avec les Inspecteurs académique-Inspecteurs pédagogiques régionaux précédents.

 

Notre partenariat avec le Centre régional de documentation pédagogique (CRDP) repose essentiellement sur la convention pour le prêt des lieux pour la journée académique. Mais nous sommes attentives au fait que le CRDP est partie prenante pour la formation, entre les ateliers du mercredi après-midi et les mardis de l’ORME (observatoire des ressources multimédia pour l’éducation). Il serait intéressant pour nous d’inscrire ces mardis au plan académique de formation. Nous essayons de travailler en complémentarité. Le CRDP est très orienté technologies de l'information et de la communication pour l'enseignement et organise une journée départementale autour des TICE. Le Centre de liaison de l'enseignement et des médias d'information (CLEMI) y a aussi son siège. C’est donc un lieu stratégique pour la documentation.

 

Présentation de la journée académique 2014

 

Nous avons retenu cette année le thème de la veille et de la curation. Si Monsieur Octor s'est montré intéressé, il n'a pas caché ses craintes que ce thème intéresse peu nos collègues.

 

Après avoir rapidement expliqué la différence entre veille et curation, la seconde impliquant une idée d’éditorialisation du résultat et de diffusion de l’information, nous lui avons rappelé que la veille fait partie de nos missions. Les documentalistes connaissent la notion de veille, mais cela pose problème dans la profession car faire de la veille demande du temps que nous n’avons pas. Engager une réflexion sur ce thème nous paraissait donc opportun.

 

Nous lui avons aussi rappelé que la conférence du matin est un moyen de prendre de la hauteur par rapport à notre quotidien, d’enrichir la réflexion, d’évoluer. Les ateliers pratiques de l’après-midi, quant à eux, permettent de développer de nouvelles compétences pour les enseignants.

 

Monsieur Octor souhaite lire des articles de Monsieur Gallezot avant la journée académique, pour pouvoir préciser notre demande concernant l’intervention du matin, puis nous revoir en décembre pour finaliser l’organisation de la journée académique.

 

Il a accepté de venir afin d'introduire la journée académique, et il s'engage à faire parvenir aux chefs d’établissement le courrier invitant les professeurs documentalistes à participer à cette journée. Nous le rédigerons et le Rectorat l’enverra.

 

Monsieur Octor a conclu l’entretien sur l’importance des professeurs documentalistes pour un climat serein et apaisé au sein des établissements. Les centres de documentation et d'information, espaces d’accueil des élèves, de collaboration avec les professeurs et avec la vie scolaire, sont des lieux clés où les élèves se construisent et construisent des compétences au cours de leur scolarité.

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0